• Frida Kahlo

     

    En avril 1946, Frida Kahlo peignit son célèbre tableau
    "Le Cerf Blessé" qu´elle a offert à ses amis
    Lina et Arcady Boytler accompagné d’un poème :
     

    Tout seul allait le petit Cerf
    triste, à l’abandon, blessé
    mais chez Arcady et Lina
    il put enfin se réfugier

    Quand le Cerf s’en reviendra
    requinqué, joyeux, soulagé,
    les blessures de son corps meurtri
    enfin auront été gommées

    Merci, mes enfants bien-aimés,
    de tout cœur, pour votre appui
    Dans la forêt qu’habite le Cerf
    enfin le ciel s’est éclairci

    Acceptez ci-joint mon portrait
    pour que toujours je sois présente,
    tous les jours et toutes les nuits,
    même quand je serai absente.

    La tristesse est reflétée
    dans chaque recoin de mes tableaux,
    je ne vois pas la moindre issue
    car c’est bel et bien mon lot.

    Inversement, le bonheur
    est dedans mon cœur enfoui
    grâce à Arcady et Lina
    parce qu’ils m’aiment telle que je suis.

    Je vous offre cette peinture
    réalisée avec tendresse
    en échange de votre amour
    et de votre gentillesse.

    Frida

     

    Frida Kahlo

     

    Elliot Goldenthal - Still Life

     

     

    Frida Kahlo: Making Her Self Up au V&A,  à Londres, jusqu’au 4 novembre.

     

     


    votre commentaire
  • Dans les jardins de Kew

     

    Loin de l'agitation de la capitale,
    Les jardins botaniques royaux de Kew
    Sont situés au sud-ouest de Londres,
    Sur les bords de la Tamise.
     

     

     

    Dans les jardins de Kew

     

    "On ne se souvient pas des jours,
    on se souvient des instants."

    Cesare Pavese,
    sur l´un des bancs de Kew Gardens

     

     


    1 commentaire
  • En plein coeur de Londres

     

    Au 145 City Road, un gratte-ciel de 40 ètages,
    nommé The Atlas Building, atteindra son sommet
    vers la fin de l´année. En le contemplant,
    j´ai pensé à un de mes poèmes préférés...

     

    Je Me  Rappelle de Thomas Hood

     

    En plein coeur de Londres

     

    "Je me rappelle – oh ! oui je me rappelle
    La maison où je vis le jour,
    La petite fenêtre où dardait l’étincelle
    Du soleil, m’annonçant la vie et son retour.
    Il ne venait alors jamais un brin trop vite,
    Le jour qu’il me faisait avait trop vite cours,
    Mais maintenant je fais ce souhait illicite :
    Puisse ma nuit durer toujours !

    Je me rappelle – oh ! oui je me rappelle
    Les roses aux douces odeurs,
    La violette aussi, la verte citronnelle,
    Et ces superbes lis aux magnifiques fleurs !
    L’endroit où mon bon frère au jour de sa naissance
    Planta le gland d’un chêne, arbre aujourd’hui pourtant !
    Les lilas où l’oiseau s’abritait en silence
    Contre un soleil trop éclatant.

    Je me rappelle – oh ! oui je me rappelle
    Et l’escarpolette et ses jeux,
    Et je pensais alors que la vive hirondelle
    Comme moi humait l’air frais et délicieux :


    Car mon esprit alors il volait sur des plumes,
    Rien ne pouvait calmer sa fièvre de chaleur,
    Las ! il est aujourd’hui tout entouré de brumes
    Et tout alourdi de froideur.

    Je me rappelle – oh ! oui je me rappelle
    Les hauts sapins, noirs, résineux,
    Je pensais autrefois que leur cime éternelle
    Du fin fond de la terre allait toucher les cieux ;
    Je l’avouerai c’était ignorance enfantine,
    Mais pour moi ce n’est pas triomphe ébouriffant,
    De savoir que le ciel bien moins ne l’avoisine
    Que ne l’avoisinais enfant !"

      

    Come on, cheer up, Thomas !
    Viens, je t´emmène faire un tour !

     

     

     


    2 commentaires
  • A Brighton

     

    A Brighton

     

    Dido - Girl Who Got Away

     


    2 commentaires
  • Peace, Love and Rock n' Roll

     

    Let the warm winds of summer blow !

     

    Eagles - Peaceful Easy Feeling

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires