• Image Hosted by ImageShack.us

     

     


    Oui, c´était bien la voix
    De mon fiancé, mais à part ça,
    C´était un homme transformé !
    Au lieu de son ancienne démarche
    Molle et malaisée,
    Il vint vers moi d´un pied léger.
    Mon coeur se mit à battre la chamade.
    "Mais je ne t´attendais pas !
    Euh...pas pour aujourd´hui en tout cas !"

    "Mais n´as-tu pas reçu le télégramme que
    Je t´ai envoyé ?"
    Me questionna Dubois.
    Tiraillée par mes sentiments,
    Il fallut que je m´assois.
    "Si...mais j´ai cru que
    C´était un poisson d´avril..."

    "Ça alors !" s´éxclama Clément,
    Debout sur le seuil de la chambre,
    Juste une serviette autour de ses hanches.
    J´ai voulu m´évanouir !
    Il reprit :
    "Enchanté de vous rencontrer, monsieur Dubois !"
    Mon fiancé le regarda bouche bée.
    Clément continua :
    "J´ai le plaisir de vous annoncer
    Que je vais me marier !"
    "Stop !" m´écriai-je
    En me tournant vers mon fiancé,
    "Chéri, laisse-moi t´epxliquer !"

    "Ça s'arrose !!"
    Dit Sandrine qui nous rejoignit
    En apportant avec elle des verres
    Et une bouteille de Veuve Cliquot.
    Clément ajouta : "Oh oui,
    J'entends déjà les cloches sonner !"

    Dubois le regarda longuement
    -Moi aussi d´ailleurs-
    Et prit la parole :
    "Monsieur inconnu,
    Juste une petite mise au point.
    C´est qui votre fiancée ?"
    "C´est moi !" s´écria Sandrine
    En courant embrasser Clément.
    Celui-ci ajouta en souriant :
    "Eh oui,
    Dès que je l´ai vue,
    Je suis tombé amoureux d´elle !"

    Plus tard dans la soirée,
    Monsieur Dubois me tendit une boîte :
    "Ce cadeau est pour toi", dit-t-il,
    "Des cigares de la Havanne !
    Merci mon chéri..." ronronnai-je.
    "Aurais-tu du feu ?"
    Me demanda mon futur mari
    En me regardant tendrement dans les yeux.

     

     

    Sinead O´Connor : I wanna be loved by you

     


    2 commentaires
  • Toutes sortes de lavages

       

    Les semaines coulèrent
    Dans une douce entente.
    Clément Dupré et moi,
    Nous devînmes inséparables.


    Vint l´été et vers la fin
    De mois d´août, mon chouchou
    S´installa chez moi.
    "J´adore ton jacuzzi !"
    Me dit-il en posant sa brosse à dent
    Sur le bord du lavabo
    Et mit son tube de dentifrice
    Au frigo.

     

    Quelques jours
    Après cet heureux événement,
    Sandrine débarqua chez moi.
    Alors elle, au lieu de s´en réjouir,
    Se mit à me sermonner :
    "Ton fiancé ne restera pas
    Pour toujours à Cuba !
    Un jour ou l´autre, il rentrera.
    Tu ne vas tout de même pas
    Lui suggérer un ménage à trois ?

     

    Ne voulant pas
    Que mon chéri nous entende,
    -Il était en train de prendre un bain-
    J´ai fermé la porte du living-room.
    "Au fait, l´argent de mon fiancé
    Doit être vraiment sale,
    Parce qu´il n´est toujours pas
    Prêt à rentrer.
    Personnellement, je n'aime pas trainer
    Mon fric dans la boue.
    Et quant à Clément, ne t´inquiète pas,
    Je ne le partagerai pas avec qui que ce soit !
    Déclarai-je à haute voix.

     

    Juste à ce moment-là,
    La porte d´entrée s´ouvrit:
    "Ma chérie, c´est moi !"
    S´exclama monsieur Dubois.
    "Tu joues à quoi ?"

     

     

     Neko Case : Pretty Girls

     

           À suivre...

     


    2 commentaires
  • L´amour en fuite

     


    Un soir pluvieux d´avril,
    Ma copine Sandrine et moi,
    Nous décidâmes d´aller au cinéma.
    En attendant le taxi,
    J´ai dit à Sandrine :
    "Il paraît que ma soeur aînée
    A finalement trouvé
    L´homme de sa vie.

    Sandrine rit :
    "Et moi je suis la reine d´Angleterre !
    Non mais...il est bien connu
    Que ta soeur change d´hommes
    Comme de chemises.
    "Oui, c´est vrai" répondai-je
    En tripotant
    Ma bague de fiançailles.
    -À ce moment-là,
    Mon Dubois séjournait à Cuba-
    "Mais cette fois-ci,
    Elle semble être décidée à se caser.
    Sa nouvelle proie s´appelle
    Clément Dupré.
    Je le rencontrerai demain
    Chez ma mère."

    Le lendemain soir,
    Je me suis mise sur mon 31.
    Heureusement !
    Car l´élu de coeur de ma soeur,
    N´était pas du tout
    Comme je l´avais imaginé.
    Loin d'être effrayé et
    De paraître timide en m'apercevant,
    C´était quelqu´un d´ouvert et
    Tourné vers l´action.

    Après le café,
    Je me suis enfouie dans
    La cuisine ayant insisté
    Sur la nécéssité de boire
    Un verre de l´eau frais.
    En vérité, j´n´étais que
    Très jalouse de ma soeur :
    "Comment a-t-elle pu choper
    Un tel bijou ?!"

    Peu après,
    Dupré me rejoignit.
    "Vous etes si belle,
    Vous me rendez fou...
    J´ai envie de vous embrasser
    Dans le cou..."
    Murmura-t-il en m´enlaçant.
    J´ai craqué pour lui !
    Oh My God !
    Jamais je n´aurais cru pouvoir
    Descendre aussi précipitamment
    L´escalier de service.

    Le lendemain matin,
    Ma soeur a mis Clément
    À la porte.
    Au sens figuré bien sûr,
    Car celui-ci n´était pas présent ;)

     

     

    Zaz : Ces Petits Riens

     

    À suivre...

     


    3 commentaires
  •  

    Le doux temps des fiançailles

     


    Le lendemain de mon anniversaire,
    Monsieur Dubois, mon fiancé, 
    M´a téléphoné à 9 heures du matin :
    "Un déjeuner en tête à tête avec moi,
    Ça vous dirait, ma très Chère ?"

    En cherchant à paraître occupée,
    Je lui ai répondu précipitamment:
    "Ah, mais je ne crois pas !
    J´ai beaucoup de choses à faire.
    Maman vient juste d´arriver
    Et j´ai cassé la théière."

    "Voyons, au lieu
    De son habituel thé au jasmin,
    Offrez-lui une bouteille de vin !
    Votre mère ne crache pas sur l´alcool, hein ?
    Moi, depuis hier matin, je suis à jeun !"
    Se pleigna monsieur Dubois.

    En me retenant de rire, je lui ai dit :
    "Non mais votre idée me sidère !"
    Puis j´ai ajouté séchement:
    "Aujourd´hui, je n´ai pas le temps
    De m´occuper de VOTRE santé.
    D´ailleurs, je vous attendais hier."

    En soupirant très fort,
    Monsieur Dubois me dit:
    "J´étais trop souffrant pour venir.
    J´ai passé toute la journée d´hier au lit.
    Une crise de foie aiguë !"
    J´avais presque envie de
    Lui raccrocher au nez,
    Mais à midi, mon fiancé et moi,
    Nous sommes allés déjeuner.


    Ah, le bougre, je l´adore !
    Il sait toujours mentir avec
    Beaucoup d´application.

     

     

    Stacey Kent : Que reste-t-il de nos amours

     

     À suivre...


    3 commentaires
  • Au temps des fraises

     

     


    Un soir d´été,
    Quand j´avais 17 ans,
    Je suis sortie pour aller cueillir
    Des fraises dans les bois.

    À cette époque-là,
    J´étais une demoiselle
    Très sage et obéissante.
    Je suivais les conseils
    De ma chère mamie chez qui
    Je passais toutes mes vacances
    D´été et celles d´hiver aussi.

    Eh bien, ce soir-là
    À mon grand regrét,
    Des fraises,
    Je n´en ai pas trouvé.
    "C´est bizarre quand même..."
    Me suis-je dit en avançant dans les bois,
    "Avant-hier, il y en avait encore plein,
    Surtout dans les clairières."

    En continuant mon chemin,
    Je vis une fille aux cheveux d´or
    Vêtue d´une cape rouge
    Assise sur un petit rocher.
    Sur ses genoux,
    Elle tenait un panier
    Rempli de fraises.
    "Oh, la cueillette
    Fût abondante pour vous !"
    La félicitai-je 
    En m´approchant d´elle.
    "Venez y goûter avec moi."
    M´invita la fille
    En me tendant le panier.

    "Mais c´est très gentil !"
    La remerciai-je
    En me mettant à savourer
    Les petits fruits parfumés.
    "C'est incroyable comme
    C'est silencieux dans cette forêt !"
    Fis-je observer à ma nouvelle amie.
    Sans mot dire, elle se pencha
    Pour m´embrasser.
    J´ai rougi comme une tomate !
    "Mamie a raison" me suis-je dit,
    "Il faut se méfier des chaperons rouges,
    Qui courent dans les bois !"

    En repoussant la blonde,
    Je lui rendis son panier.
    "Mais vous etes folle,
    Qu´est-ce qui vous a pris ?!
    Arrêtez, ou j´appelle le loup !"
    En ôtant sa perruque blonde dorée
    La fillette s´exclama :
    "Mais laisse-moi t´expliquer !
    Tu ne me reconnais pas ?"

    En effet, c´était Félix,
    Le fils aîné du charpentier !
    Celui qui se cachait
    À chaque fois quand je passais
    Devant la maison de ses parents
    Avec ma copine Sandrine,
    Qui, à cette époque-là,
    Habitait juste à côté.

    "Mais Félix, pourquoi
    T´es-tu déguisé en fille ?
    Depuis un bon moment déjà,
    Je rêve de sortir avec toi !"
    "C´est vrai ?"
    Demanda Félix en souriant
    "J´ai cru que tu n´aimais que les filles !"


    Le lendemain matin,
    Félix et moi,
    Nous sommes sortis ensemble.
    Pour aller cueillir des fraises ?
    Mais oui, évidemment ! ;)  

     

     

    Isabelle Bal : Qu´il est doux

     

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires