• Ilse Weber

    Ilse Weber

     

    En 1942, Ilse Weber, 
    Un écrivain juif tchèque pour enfants,
    Est déportée dans le camp de concentration de Terezin
    Avec son plus jeune fils Tommy et son mari.
    Elle y travaille comme infirmière.
    Il n’y a pas de médicaments pour soigner 
    Les enfants juifs là-bas, donc Ilse trouve un moyen
    Pour soulager leurs souffrances en composant 
    De merveilleuses chansons pour eux. 
    Lorsque son mari est transféré à Auschwitz,
    Elle décide volontairement de le suivre avec son fils
    Afin que la famille puisse rester ensemble.
    Arrivés là-bas, Ilse et Tommy
    Sont aussitôt envoyés à la chambre à gaz.
    Ilse y entre avec son fils et les autres enfants.
    Pour les calmer, elle s´assied dans une angle
    Et chante avec eux la berceuse Wiegala 
    Qu´elle a écrite auparavant.
    Son mari survit. 
     

     

     

    Wiegala, wiegala, weier
    Le vent joue de la lyre
    Il en joue si doucement
    Dans les roseaux verts
    Le rossignol chante sa mélodie
    Wiegala, wiegala, weier
    Le vent joue de la lyre

    Wiegala, wiegala, werne
    La lune est une lanterne
    Debout sur le firmament assombri
    Elle ne cesse de regarder la terre
    Wiegala, wiegala, werne
    La lune est une lanterne

    Wiegala, wiegala, wille
    Que le monde est silencieux
    Aucun bruit ne dérange
    L´agréable tranquillité
    Dors, mon petit enfant,
    Dors, toi aussi
    Wiegala, wiegala, wille
    Que le monde est silencieux
     
     
     
    *
     
     
    « Il suffit de...Un rendez-vous »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 10 Août 2014 à 23:30

    Bonjour Elfine

     

    Quelle triste  histoire pour la maman que je suis et ex infirmière également. Comme elle a dû souffrir cette pauvre dame. J'espère que les bourreaux sont en enfer, même si j'ay crois pas.

    Au plaisir

    2
    Lundi 11 Août 2014 à 23:02

    Mon dieu que c'est beau et horrible à la fois. Qu'aurions nous fait, qu'aurais-je fait, dans la même situation ? Impossible de le savoir.

    Admiration et effroi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :