•  

    Nos racines ne sont pas dans notre enfance...

     Winslow Homer -  Snap the Whip (a fragment)
     

    Nos racines ne sont pas dans notre enfance,
    dans le sol natal, dans un lopin de terre,
    dans la prairie enclose
    où jouent les enfants de la maternelle.
    Nos racines sont en chaque lieu
    que nous avons un jour traversé.

    Ainsi, comme le gratteron, croissons-nous
    en nous agrippant ici et là.
    Et ces chemins qui serpentent sans fin,
    et ces forêts bleuissant dans le lointain
    — sans parler des montagnes de nos rêves —,
    les lieux étrangers et les noms étrangers,
    deviennent nôtres et de nouveau étrangers.

    Ils ne nous quittent pas pour de bon.
    Soudain la canne du marcheur reverdit,
    et prend racine, et refleurit.

     

    Karl RISTIKIVI, extrait du recueil Le chemin de l’homme, traduit de l'estonien par Jean Pascal Ollivry

     

     

    Titre 35 : Jethro Tull - Bourée

     

     


    1 commentaire
  •  

                    

    Frederick Childe Hassam : Easter Morning  (Portrait at a New York Window)

     

    On apprend l'eau par la soif.
    La Terre - par les Océans traversés.
    La Jubilation - par les affres -
    La Paix, par le récit des batailles -
    L'Amour, par l´humus de la tombe -
    Les Oiseaux, par la neige.

    EMILY DICKINSON
    Traduit de l'anglais par Françoise Delphy

     


    4 commentaires
  •  

    De petits ruisseaux coulent...

     

    Plongée dans mes pensées,

    La tête pleine d’informations

    Inquiétantes, je n’avais pas remarqué 

    L´arrivée du printemps !

    De petits ruisseaux coulent partout,

    Le coeur de l’hiver fond déjà...

     

     

    Titre 33 : You Raise Me Up - Sophie Moser (violin) - Ella Rohwer (cello) - Katja Huhn (piano)

     

     


    2 commentaires
  •  

    Slava Ukraini!

     

     

    Titre 31 : Piirpauke - Serenadi (Ständchen - Serenade)

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    La nuit ne restera pas

      

    La nuit ne restera jamais,
    La nuit passera toujours,
    Bien qu'avec un million d'étoiles
    Tu l'épingles au ciel ;
    Bien que tu la lies avec
    Le souffle du vent
    Et l'attaches avec la lune,
    La nuit s’en ira
    Comme le chagrin ou un air.
    ELEANOR FARJEON
    traduction©Elfine
     

     

    Titre 30 : Tapio Rautavaara - Pohjolan yö

     

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique