•  

    Insomnie

    John Atkinson Grimshaw

     

    La lune dans la glace de la commode
    regarde à un million de milles
    (et peut-être avec orgueil, se regarde
    mais sans jamais, jamais sourire)
    très loin au-delà du sommeil, ou
    peut-être est-ce le jour qu'elle dort.

    Par l'Univers désertée,
    elle lui dirait d'aller au diable,
    et trouverait une étendue d'eau
    ou un miroir, où se tenir.
    Alors, plie le souci dans une toile d'araignée
    et lâche-le au fond du puits

    dans ce monde inversé
    où la gauche est toujours la droite,
    où les ombres en réalité sont le corps,
    où nous restons éveillés toute la nuit,
    où les cieux sont aussi minces que la mer
    à présent est profonde, et où tu m'aimes.

     

    ELIZABETH BISHOP

     

    Dans Un printemps froid, traduit de l’américain par Claire Malroux. Éd. Circé.

     


    2 commentaires
  •  

    Summer breeze

     

    Le vent m´apporte
    L´odeur de la mer.
    Je pense au goût
    De tes lèvres...

    ©Elfine2020

     

    Rosemary and Thyme

     

     


    2 commentaires
  •  

     

    "N'avez-vous jamais croisé de ces êtres
    qui semblent ne pas se trouver sur votre chemin
    par hasard, mais par une sorte d'évidence
    bouleversante que votre existence
    en est subitement transformée ?"

    Michèle Lesbre
    Le Canapé rouge (2007)

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    Enfile tes ailes

     

    Enfile tes ailes
    Et viens avec moi
    La Barque du Rêve
    Nous attend déjà...

    ©Elfine2020

     

    Harry Nilsson - Lullabye of Ragtime

     

    Enfile tes ailes

     

     


    7 commentaires
  •  


    Le bateau sentait le thé
    Quand nous traversions la mer,
    À deux, à trois, pour aller
    À Folkestone, en Angleterre.

    C’était un jour bleu d’été,
    À Folkestone, en Angleterre,
    Où les vieux collèges verts
    Dormaient leur calme congé
    Dans l’herbe des monastères.

    L’église trop bien cirée
    De Folkestone, en Angleterre,
    Et les lys du baptistère,
    Et les vitraux peu teintés,
    Et le joyeux cimetière,
    Quand irons-nous les aimer
    À Folkestone, en Angleterre ?

    Nous avons pris notre thé
    À Folkestone, en Angleterre,
    Dans un hôtel du passé,
    Aux meubles d’acajou clair,
    Et cette salle à manger,
    Et ces compotiers de verre,
    Et ces pelouses bombées
    Sous les chênes noirs et verts,
    Que cela nous a charmés,
    À Folkestone, en Angleterre !

    Nous reprendrons un hiver
    Le bateau qui sent le thé,
    Et ce sera pour aller
    À Folkestone, en Angleterre,
    Pour voir les dalles lavées
    Et les fleurs du baptistère,
    Et, par les vitres teintées,
    Le tout petit cimetière.

    Pour boire un thé parfumé
    De spleen, de brume et de mer,
    Dans un hôtel du passé,
    À Folkestone, en Angleterre.

    Jean Dominique

     

     "Chanson" est extrait du recueil "La gaule blanche" (1903)

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique