•  

    Les nuits sont déjà très blanches en Islande...

     


    1 commentaire
  •  Des brins de vie : Edith

     

    Dans ma jeunesse, je travaillais comme gabier sur le voilier américain "Flying Cloud".
    Le 4 juin 1870, lorsque nous nous préparions à quitter Londres pour Hervey´s Bay, Australie, un homme à jambe de bois est monté à bord...

     
    "Quand nous levâmes les voiles,
    le vent était bon et les matelots
    chantaient des couplets en breton !"


    Tous les soirs après le repas, le passager s´asseyait sur le deck pour nous jouer un air ou deux de sa flûte irlandaise. J´ai toujours aimé la mer !

    Près du Cap de Bonne-Espérance, dans la nuit, l´orage éclata. "Veux-tu véiller avec moi ?" me dit l´homme à la jambe de bois. J´ai acquiescé à sa demande et il s´est endormi à l´aube. Cependant, il ne s´est plus jamais réveillé.

    Dans la poche de sa veste, j´ai trouvé une lettre qui m´était adressée. Je n´oublierai jamais la toute dernière phrase: "Que Dieu te bénisse, ton père, c´est moi."
     
     

    Des brins de vie : Henry

     

     


    2 commentaires
  • Au temps des fraises

     

    Nous habitions à la campagne,
    je dormais la fenêtre ouverte ;
    tous les matins d´été,
    le chant des oiseaux
    me réveillait.

    Quand j´avais du chagrin,
    je courais me cacher ;
    toutefois, mon petit nounours
    savait toujours de quoi
    il s´agissait...

    At the age of 19,
    I flew away from home,
    puis mon père a vendu la ferme
    dans laquelle nous habitions.
    Je ne regrette qu´une seule chose :
    de ne pas avoir pu dire adieu
    à la maison... 

     
     
     

    3 commentaires
  • Sad reminders

     

    ll never forget
    her rosy cheeks ;
    her eyes were so bright
    when she posed for me.
    I quit painting
    and started to drink.
    She was a real beauty.
    I wonder if she still
    thinks of me...
     
     

    votre commentaire
  • Entre deux rives

     

    Quand la vie nous joue des tours,
    une rivière fait un détour,
    quelque part...

     


     


    5 commentaires