• S’il n’y avait pas eu…

     

    S’il n’y avait pas eu…

     

    S’il n’y avait pas eu

    De guèrre qui a contraint

    Mes parents  de quitter 

    Leur maison d’enfance, 

    Leurs prés verts et les haies fleuries, 

    Ils ne se seraient peut-être 

    Jamais rencontrés.

     

    Sur leur nouveau lieu de vie,

    Par un autre bel été, 

    Leur amour est né 

    Au bal de la Saint-Jean

    Où ils se trouvaient par hasard.

     

    Aujourd’hui, maman et papa

    Reposent en paix au cimetière.

    Et tous les dimanches matin,

    On entend les cloches de l’église

    Sonner comme au jour de leur mariage.

    Ce jour-là, sur leur tombe, 

    Il y a toujours un bouquet de lilas.

    Ils les aimaient tant.

     

     

     

     

    LECTURE AUDIO

    Titre 24 : Lara Fabian - Speranza

     

     

    « What a view!M'accordez-vous cette valse ? »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 19 Septembre à 18:15

    Hommage tendre et émouvant ! J'aime beaucoup ce poème et le lilas aussi.

      • Lundi 20 Septembre à 18:36

        Merci pour ces mots gentils Claire-Lise !

    2
    Mardi 28 Septembre à 09:02

    Quelquefois la contrainte de fuir  la folie des hommes peu nous amener à la sorti du tunnel à une belle journée ensoleillée qui nous aidera à avoir malgré tout confiance en l'avenir.

    Que ce beau bouquet de Lilas continue à leur dispenser son parfum si subtil.

    Amicalement.

      • Dimanche 3 Octobre à 09:12

        Oui Julie, même si la guerre est une chose horrible, rien n’est jamais tout noir ou tout blanc. Et il y a toujours de la lumière au bout du tunnel :)

        Amicalement

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :