• Sur la rive

     

     

    Après la guèrre,
    La terre était parsemée
    De roses rouges.
    Dans le ciel, de nuages blancs
    Éclosaient.

    Je jouais
    Quelques notes d´adieu.
    J´attrapais un foulard
    Pour l´offrir au vent.
    Je prendrai le bateau,
    Pour arriver
    Plus lentement.

    Quelque part,
    Un oiseau chante
    Pour la première fois.
    Un petit garçon
    Rit de contentement.

    Juste avant que
    L´image ne se brouille,
    Je l´entend me dire :
    "Je crois que je peux voler !"

    La mer Baltique
    Est calme et silencieuse,
    Le temsp avance.
    Je sais que tu m´attends.

     

     

    Sur la rive

     

     

     

    PS : Après avoir écrit ce poème, je suis tombée sur cette vidéo.
    C´est étrange, ça m'arrive tout le temps...

     

     

    « Quand le silence nous parleLa vie est un cabaret »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Juillet 2013 à 07:35

    Echapper à la vie, échapper aux tourments, mais cette liberté, ne la prend pas dans le vent, cherche par ton coeur à t'élever, tu n'as pas besoins de voler pour comprendre l'amour

    passe une belle journée

    amicalement

    Claude

    2
    Mercredi 24 Juillet 2013 à 07:46

    J'ai lu ton poème et j'ai posé mon commentaire en écrivant ce qui se bousculait dans mon coeur, puis j'ai regardé la vidéo

    amicalement

    Claude

    3
    Jeudi 1er Août 2013 à 08:04

    Peindre le silence n'est pas toujours facile

    bonne journée

    marie

    4
    Mercredi 30 Octobre 2013 à 20:10

     Bonne soirée

                                                             yvesd

    5
    Jeudi 31 Octobre 2013 à 18:47

    Merci pour cette belle image Yves, ceux qui volent sur la même longueur d´onde se comprennent même sans dire un mot...sourire

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :